Bali

 L'une des plus petites îles de l'archipel indonésien, mais de loin, la plus convoitée par les touristes.

L'investissement immobilier continue le grignotage maladif des parcelles de terre des indonésiens, pendant que de nouveaux hôtels, surdimensionnés, voient le jour, faisant s'écrouler à la tractopelle toute une falaise dans la mer.

Curieusement, l'image tant prônée du "paradis" ne s'avère pas frappant à notre arrivée.

Malgré tout, Bali nous dévoilera son plus beau visage, nous offrant des vagues idylliques et des endroits encore sauvages.

 





 

Pour les balinais, les esprits maléfiques viennent de la mer, tandis que les bons, sont issus des volcans au centre de l’île.

Quoi qu'il en soit, esprit ou pas la qualité des vagues associée au temps radieux explique notre infusion permanente dans l'eau balinaise.

Les journées s'écoulent à une vitesse folle et le quota de belles vagues est à son apogée.

Notre progression en surf est phénoménale sans notre néoprène six millimètres, indispensable en Bretagne.

À la sortie de l'eau un groupe de petits singes se prélassent sur le sable et mangent des crabes.

 

Petit coin de paradis qui se mérite, surtout quand on traîne un board bag* de trente kilos sous une chaleur écrasante.
On dévale la montagne, qui nous indique une montée inévitable de fin de session.

Des petits singes sauvages et craintifs au son de notre voix, font remuer la végétation.

On pose le premier pas sur un sable bouillant, sous le regard d'un troupeau de vaches.

 

Personne à gauche, personne à droite, la plage est immense et les amis à dorsaux viennent partager la session.